stop aux abus du baptême vétérinaire

Attention danger

 

 

Attention dangers 

 

Dangers de discriminations,  dangers d'abus de pouvoir, dangers de mépris des lois en  vigueurs, dangers de mépris envers les libertés individuelles et envers la charte des droits de l'homme ...

 

Informations pour pouvoir agir et réagir :

 

 

Le baptême vétérinaire illégal ?

 

 

Les lois belges sur la maltraitance, la torture, les traitements dégradants et/ou coups et blessures sont d'application lors des baptêmes étudiants; ainsi que la charte des droits de l'homme. Au regards de ces lois , bien des agissements cités lors des baptêmes se révèlent être dans l'illégalité (Ainsi que les comportements discriminatoires envers les non-baptisés en cours d'année). Voir ci-dessous.

 

 

   Quelques articles de la charte des droits de l'homme bafoués :

 

Article premier

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

 

Article 3

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

 

Article 5

Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

 

Article 6

Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

 

Article 7

Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

 

Article 19

Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

 

En tapant les mots"baptêmes étudiants vétérinaire " dans votre moteur de recherche, vous comprendrez facilement, tant par le texte que par l'image, que ces quelques articles sont largement bafoués.(En souligné, ce qui est bafoué.).

 

 

 

 

 

Quelques définitions

 

 

                     Le chronique

Ce terme péjoratif désigne le non-baptisé. Il vient de "maladie chronique" car aux yeux des baptisés, ne pas vouloir passer cette épreuve prouve que l'on est un malade chronique. Il est souvent simplement appelé "chro" ou encore "manche à balle" ; qui vient de "raide comme un manche à balais" et indique son manque souplesse, et bien évidemment d'ouverture, face au baptême.

 

 

                              Le bizutage :

 « Le fait pour une personne, d'amener autrui, contre son gré ou non, à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants lors de manifestations, ou de réunions liées aux milieux scolaires et socio-éducatif. » Ceci va à l'encontre des articles 1 et 5 de la charte des droits de l'homme.

 

 

                             Le baptême

Dans les institutions d'enseignement supérieur de Belgique c'est la cérémonie initiatique qui permet au bleu (nouvel étudiant) de passer de ce statut à celui de baptisé ; L'intérêt principal mis en avant par les partisans du baptême est l'intégration rapide des nouveaux arrivants à la faculté.

Le baptême est à distinguer du simple bizutage, de par sa forte connotation folklorique, Il n'est pas impossible que le baptême tourne à bizutage ; l'un n'excluant pas l'autre .Ce qui est le cas en fac vété.


 

                     La secte est un groupe dans lequel on pratique une manipulation mentale qui entraîne endoctrinement, contrôle de la pensée, viol psychique, destruction de la personne et de la famille, voire de la société.



                    Le harcèlement est un enchaînement d'agissements hostiles dont la répétition affaiblit psychologiquement la personne qui en est la victime.Le harcèlement scolaire ou intimidation est caractérisé par l'usage répété de violences physiques, mais aussi de moqueries et autres humiliations.(Voir exemples dans "Pas de discriminations?", "Infos abus")

 

Descriptions de "harcèlement"


Code pénal (art 442 bis)

"Quiconque aura harcelé une personne alors qu'il savait ou aurait dû savoir qu'il affecterait gravement par ce comportement la tranquillité de la personne visée"

loi sur le bien-être
(art.32 ter)

"Plusieurs conduites abusives similaires ou différentes, externes ou internes à l'entreprise ou l'institution, qui se produisent pendant un certain temps, qui ont pour objet ou pour effet de porter atteinte à la personnalité, la dignité ou l'intégrité physique ou psychique d'un travailleur ou d'une autre personne à laquelle le présent chapitre est d'application, lors de l'exécution de son travail, de mettre en péril son emploi ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant et qui se manifestent notamment par des paroles, des intimidations, des actes, des gestes ou des écrits unilatéraux"

 

Charge de la preuve
Lorsqu’une personne soumet à une juridiction des faits susceptibles d’indiquer l’existence de violence ou de harcèlement moral/sexuel, la charge de la preuve incombe au défendeur. Il lui appartient alors de démontrer le contraire. Il est prétendu coupable et doit apporter les preuves de son innocence à l'inverse de ce qui se passe d'habitude. Ceci vaut autant pour la discrimination que pour le harcèlement.

 

                     La Discrimination: Dans le domaine social, la discrimination est la distinction, l'isolement, la ségrégation de personnes ou d'un groupe de personnes. Elle consiste à restreindre les droits de certains en leur appliquant un traitement spécifique défavorable.(Voir exemples dans "Pas de discriminations?")

 

La discrimination est interdite par la loi et punissable. Discriminer quelqu'un revient à lui porter préjudice. Un juge peut condamner une personne discriminante à indemniser la victime pour les dommages causés. 

Il est question de discrimination directe quand vous êtes traité, en fonction d'un critère protégé, de manière moins favorable qu’une autre personne dans une situation comparable, sans que cela ne se justifie.

Le harcèlement discriminatoire est un comportement indésirable qui a pour but d'atteindre quelqu'un dans sa dignité ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant. La loi anti-discrimination interdit le harcèlement discriminatoire.

 

 

                    La maltraitance désigne des mauvais traitements infligés à des personnes que l’on traite avec brutalité, rigueur. Ces victimes sont souvent dépendantes et sans défense. La maltraitance a fréquemment des conséquences durables sur la santé physiologique et psychique des victimes. il est difficile de la différencier vraiment de la torture...


                    La torture est l'imposition volontaire de sévices d'ordre physique ou psychologique qui vise à faire souffrir un individu.La torture est aussi un moyen employé pour obtenir des aveux ou terroriser des populations ou des organisations, en ciblant des membres d'un groupe de personnes particulier, afin que les autres restent passifs de peur d'être victimes à leur tour. Les actes de torture produisent le plus souvent des séquelles physiques (ex : mutilations) et psychologiques (ex : traumatismes). Du point de vue du tortionnaire (ou bourreau), qui tient sa victime à sa merci, torturer peut répondre à des pulsions sadiques ou simplement s'inscrire dans la soumission à l'autorité (expérience de Milgram) ou encore un simple amusement . 

 

Art. 417ter. <inséré par L 2002-06-14/42, art. 5; ED: 24-08-2002> Quiconque soumettra une personne à la torture sera puni de la réclusion de dix ans à quinze ans.

 

 

Si quelqu'un vous demande d’arrêter de le faire souffrir et que vous continuez malgré tout ; vous le torturez. Forcer le bleu à rester à genoux juste pour lui apprendre la douleur est donc de la torture puisque cette action vise à le faire souffrir.

 

                    Le tortionnaire est la personne qui torture pour arracher des aveux ou par pur sadisme.



                    La manipulation mentale désigne l'ensemble des tentatives obscures ou occultes de fausser ou orienter la perception de la réalité d'un interlocuteur en usant d'un rapport de pouvoir, de séduction, de suggestion, de persuasion, de soumission non volontaire ou consentie.

 

                     Le lavage de cerveau est un ensemble de techniques visant à obtenir une altération des capacités de jugement. Le lavage de cerveau est parfois assorti de violences verbales ou physiques afin de créer un rapport de domination du « laveur » sur le « lavé »

 

                      Le conformisme

« Le conformisme se manifeste par le fait qu’un individu modifie ses comportements, ses attitudes, ses opinions, pour les mettre en harmonie avec ce qu’il perçoit être les comportements, les attitudes, les opinions du groupe dans lequel il est inséré ou il souhaite être accepté »

Le conformisme est généralement considéré, aussi bien en sociologie qu'en politique, comme une faiblesse individuelle, une difficulté à s'affirmer en tant qu'individualité. Car le conformisme n'est pas seulement une adhésion mimétique avec un cercle d'opinion, c'est également l'adoption des attitudes du groupe auquel on veut adhérer ou duquel on subit l'influence ou la pression. Ainsi, derrière la vision d'un conformisme de classe se cache une cascade de conformismes comportementaux qui sont cultivés et recherchés par des groupes de pression dont les intérêts sont économiques, politiques ou religieux, avec en arrière-plan l'idée commune d'asseoir et consolider un pouvoir ou une hégémonie.

On rencontre le conformisme dans les différents types de corporations ou de corps.

Le conformisme est répandu dans les environnements sociaux tels que les établissements d'école primaire et secondaire, voire dans les universités (on pense notamment aux fraternités où il est question d'acceptation).http://fr.wikipedia.org/wiki/Conformisme

 

                       Les traumatismes psychiques

Troubles présentés par une personne ayant vécu un ou plusieurs événements traumatiques ayant menacé leur intégrité physique et psychique ou celle  d'autres personnes présentes, ayant provoqué une peur intense, un sentiment d'impuissance ou d'horreur, et ayant développé des troubles psychiques lié à ce(s) traumatisme(s).

 

Les violences se développent sur un terrain d'inégalité et de discrimination qui permet le recours à des stratégies d'emprise et de domination, le dominé étant au service du dominant, soumis à ses désirs, instrumentalisé pour offrir au dominant plus de confort matériel, physique, psychologique et sexuel.

 

Conséquences :

 

Troubles de l'humeur : présents dans 50% des ESPT (état de stress post-traumatique), dépression, épisodes maniaco-dépressifs.

Troubles anxieux : anxiété généralisée , crises d'angoisse, attaque de panique, phobies, agoraphobie, phobies sociale, troubles obsessionnels compulsif.

Troubles de la personnalité : personnalité limite (border-line), asociale.

Troubles du comportement auto agressif : tentatives de suicide (x10 en cas d'ESPT par rapport à la population générale), automutilation.

Troubles addictifs : consommation de drogues , d'alcool, jeux (alcool chez 52 % des hommes et 28 % des femmes et de consommation d'autres substances psychoactives chez 35 % des hommes et 27 % des femmes).

Troubles des conduites : conduites à risques, fugues, conduites d'hypersexualité, marginalisation, conduites violentes.

Troubles du comportement alimentaire : boulimie, anorexie.

Troubles du sommeil : narcolepsie (somnanbulisme, hallucinations narcoleptiques, paralysies du sommeil, cataplexie, hypersomnolence diurne)

Troubles de la sexualité.

 

http://memoiretraumatique.org/psychotraumatismes/generalites.html

 

 

Mécanisme :

 

http://memoiretraumatique.org/psychotraumatismes/origine-et-mecanismes.html


 

 

L’abus : définition et mécanisme.

 

 

 

Abus : tout dépassement et manque de limites

Il existe un abus à chaque fois que se produit un dépassement et un manque de limites, le dépassement étant le fait de l’abuseur et le manque, le problème de l’abusé. Le respect de ces limites est la base de la vie en communauté.

 

Il existe trois formes d’abus; ici deux sont en cause:

 

Les abus physiques (maltraitances)

Les abus émotionnels ( Dont les pressions pychologique)

 

La troisième forme concerne  les abus sexuels.

 

Caractéristiques psychologiques des abuseurs.


Une minorité personnes  abusées (les plus vulnérables) se protégeront en rejoignant le clan des plus forts et deviendront progressivement, à leur insu, des abuseurs.

 

A vous de briser la spirale !, les uns en ne faisant pas le baptême, les autres en arrêtant les abus.


Causes :

 Le blocage émotionnel : Il s’agit d’un véritable réflexe de survie: ne plus rien ressentir !

 Le déni : Mécanisme indispensable pour pouvoir continuer d’aimer leur entourage maltraitant : ne plus rien voir !

 

Conséquences :

 L’égoïsme : Est le résultat direct du blocage émotionnel et de la coupure relationnelle avec autrui. Dorénavant, centrés et intéressés uniquement par eux-mêmes, ils deviennent leur propre référence. Leur maxime: « Moi ça va, les autres, je m’en fous ! »

 L’utilisation de la projection : Entièrement centrés sur eux-mêmes, privés des informations émotionnelles provenant de l’extérieur et sans aucune possibilité de remise en question, les abuseurs pratiquent quotidiennement le système de la projection en critiquant chez autrui ce que précisément eux-mêmes pratiquent.

 La pratique des abus : ils abusent tout le temps, de manière compulsive. Ils se nourriront dorénavant des émotions qu’ils suscitent chez les autres, à défaut de pouvoir les produire et les vivre en eux-mêmes.

Ce faisant, ils déclenchent, à leur insu, dans leur cerveau, la libération de neurotransmetteurs comme la dopamine (hormone du plaisir) ou les endorphines .Un phénomène d’accoutumance et de dépendance s’installe rapidement. Ainsi, dès que l’effet de bien-être engendré par le produit s’estompe, survient alors l’état très inconfortable du sevrage et du manque. S’impose alors la nécessité de restimuler aussitôt que possible la production de neurotransmetteurs euphorisants, poussant ainsi les abuseurs à recommencer leurs abus encore et toujours.

 

 

Caractéristiques psychologiques des victimes


Deux particularités font partie de la partie victime de la victime :

 Manque de protection : les agressions subies ont détruit leurs limites. Ces ruptures dans leurs limites leur ôtent durablement la capacité de détecter les abuseurs à temps et de s’en protéger. Ceci induit les victimes à adopter un processus inconscient de revictimisation . De plus, ce déficit acquis est doublé d’une attraction quasiment magnétique avec les abuseurs, un peu comme la limaille de fer par rapport à l’aimant.

 

Excès d’ouverture : Le manque de limite provoque un excès d’ouverture. Ceci les poussent à commettre des imprudences successives sans le savoir. Les victimes tendent ainsi aux abuseurs potentiels un bâton pour mieux se faire taper. Les victimes sont des livres ouverts.

En raison de ces deux particularités, les victimes subissent constamment de nouvelles attaques. Cet envahissement négatif provenant d’autrui crée chez ces dernières: états anxieux, dépressifs, phobiques ou autres, mais également toutes sortes de manifestations psychosomatiques.

 

 

Trois autres appartiennent au côté abuseur de la victime :

 Abus dirigé contre soi : Selon le degré de la gravité abusive subie, elles évolueront de l’auto-dévalorisation ou l’auto-culpabilisation aux troubles alimentaires et autres abus de substances pour atteindre, chez certaines d’entre elles, le stade le plus grave des auto-mutilations diverses ou du suicide.

 Abus dirigé contre autrui: Leurs abus dirigés contre autrui sont moins francs que ceux perpétrés par les abuseurs mais les techniques sont les même. Par exemple, elles se servent souvent de la culpabilisation, des reproches, du chantage, des allusions et insinuations ou de silences appuyés.

Comportement de sauveur : Finalement, les victimes, par leur excès de gentillesse, développeront un mécanisme de « sauveurs », caractéristique qui leur est propre. A cause de leur manque d’empathie, les abuseurs en sont incapables.

 

Repérer les manipulations

 

 

 

La liste ci-dessous, non exhaustive, présente quelques uns des procédés régulièrement observés chez les personnes manipulatrices, classés en fonction de la disposition qu'elles cherchent à amplifier. La culpabilisation est une modalité défensive assez fréquente mais chez la personne manipulatrice elle s'accompagnera toujours de plusieurs procédés relevant de la déstabilisation et de la subjugation.

La culpabilisation

- il réveille nos instincts protecteurs en mettant en avant sa vulnérabilité ou en se présentant comme une victime ;
- il recourt à la comparaison avec autrui pour souligner nos manquements et nous pousser à nous conformer à son souhait ;
- il affirme tout mettre en oeuvre pour faire plaisir et se montre blessé ou outré face à la critique ce qui lui évite de se remettre en question ;
- il entend les avis contraires au sien, voire de simples commentaires comme des reproches ; 
- il confronte fréquemment son interlocuteur à des situations de double contrainte de sorte que quelle que soit l'attitude adoptée ce ne soit jamais celle qui convient ;

[...]

La déstabilisation

- il affiche le sourire même lorsque il est mis sur la sellette, comme si rien ne pouvait l'atteindre ; 
- il disqualifie les besoins, les sentiments et les valeurs de sa victime s'ils sont contraires aux siens ;
- il dénigre et dévalorise sous le couvert de pseudo encouragements ou compliments ;
- il fait peu de cas des opinions différentes de la sienne, convaincu de détenir la "vérité" ;
- il peut devenir ironique, sarcastique, voire injurieux, devant un refus ;
- il sème la discorde au moyen de sous-entendus qui créent de la suspicion, du doute, de la méfiance,... ;
-il nous incite à rompre avec les personnes influentes qui pourraient nous aider à y voir clair ;

[...]

La subjugation

- il utilise la flatterie pour séduire et s'attirer notre sympathie ;
- il change comme un caméléon en fonction des situations, des circonstances ou de son public ;
- il répond de façon vague aux questions qu'on lui pose et laisse le champs libre aux phénomènes de projection qui peuvent conduire à le percevoir autre (meilleur en fait) que ce qu'il est en réalité ;
- il communique au moyen d'un jargon réservé aux initiés afin d'en imposer et, si nous voulons comprendre, il s'étonne de l'ignorance de son public afin de creuser encore un peu plus le soi-disant fossé et d'amener autrui à se juger ignare ;

 

 

 

Et l'esprit de corps ?

 

 

On nomme esprit de corps la loyauté que l'on donne à ses pairs par rapport à la société, à la nation, ou aux croyances. Concrètement, il faut pour cela avoir vécu des expériences communes (positives ou négatives) qui donnent le sentiment d'être « à part ». Par la suite, lorsque la survie, ou simplement les intérêts du groupe sont menacés, ses membres se mobiliseront mieux en sa faveur : ils « font bloc ».

Dans son sens positif, l'esprit de corps permet par exemple à une armée de vétérans d'avoir une meilleure discipline et une confiance accrue, ou à une équipe sportive de mieux résister aux revers (il se rapproche alors de l'esprit d'équipe, mais à un niveau plus profond).

Dans son sens négatif, l'esprit de corps pousse ses tenants à se coopter dans un cercle fermé, à tolérer voire couvrir les abus de leurs camarades, à tricher dans le sens de leurs intérêts, ou à « se faire justice eux-mêmes ». C'est souvent ainsi qu'on le perçoit de l'extérieur et qu'on le stigmatise, puisque son autre forme est relativement banalisée.

L'esprit de corps ne doit pas être confondu avec la simple loyauté (ou alors une loyauté exacerbée et refermée sur elle-même). La loyauté est un penchant individuel, avec parfois des effets plus larges, et peut s'appliquer à un objet extérieur (le roi, un dictateur idolâtré, la Nation, etc.) ; l'esprit de corps est par nature un phénomène collectif, qui ne peut s'appliquer qu'au groupe lui-même.

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Esprit de corps

 

 

«… D’une manière générale, la corporation tend à s’assujettir la vie intégrale de l’individu... Un corps étant essentiellement un vouloir-vivre collectif, on peut juger par là quelles sont les qualités que le corps demande à ses membres. ― Ce sont celles qui sont utiles au corps et celles-là seulement. Un corps ne demande pas à ses membres de qualités individuelles éminentes. Il n’a que faire de ces qualités rares et précieuses qui sont la finesse de l’esprit, la force et la souplesse de l’imagination, la délicatesse et la tendresse de l’âme. Ce qu’il exige de ses membres, c’est une certaine « tenue », une certaine persévérance dans la docilité au code moral du corps. C’est cette persévérance dans la docilité que, par je ne sais quel malentendu de langage, on décore parfois du titre de caractère. Par ce dernier mot un corps n’entendra nullement l’initiative dans la décision ni la hardiesse dans l’exécution, ni aucune des qualités de spontanéité et d’énergie qui font la belle et puissante individualité ; mais seulement et exclusivement une certaine constance dans l’obéissance à la règle. Un corps n’a aucune estime particulière pour ce qu’on appelle le mérite ou le talent. Il le tiendrait plutôt en suspicion. L’esprit de corps est ami de la médiocrité favorable au parfait conformisme. L’esprit de corps est, selon nous, un égoïsme collectif, uniquement préoccupé des fins collectives, et dédaigneux de l’individu et des qualités individuelles… »

 

Georges Palante   Revue philosophique de la France et de l'étranger

 

http://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Esprit_de_corps

Actuellement , le baptême est en perte de vitesse des moyens plus adaptés pour s'intégrer sont en place ; en effet, la plupart des étudiants se retrouvent sur les réseaux sociaux. N'hésitez plus, passez à quelque chose de plus sympa  !!!

Nous contacter : 

Stopabusbapteme@gmail.com

Site sur le baptême en général:

www.baptemeetudiantrireou.sitew.be

 

L'équipe du site remercie tout particulièrement les différents témoins qui nous ont aidés. C'est grâce à eux que cette démarche à été possible. Merci pour leur confiance.


Pour la suite, afin de  donner à notre action des fondements solides aux yeux de tous, nous avons besoin de témoignages signés... ... ...  Nous savons que si vous vous faites connaitre, vous serez harcelés donc nous cherchons des personnes qui accepteraient de témoigner publiquement sans craintes. Si vous avez été victime et que vous ne faites plus partie du circuit , votre témoignage nous intéresse.


Vous comprendrez que notre anonymat est la garantie nécessaire à nos témoins.Nous devons rester dans l'ombre !

 

Sauf pour les témoignages publics pour les quels nous promettons l'anonymat, nous comprenons , tout naturellement , que vous nous écriviez sous une fausse identité.