stop aux abus du baptême vétérinaire

Ce qui pose problème

 

 


La problématique :

         

 

 

 Le baptême étudiant, sujet controversé s'il en est, ne pose généralement aucun problème vis à vis de la vie sociale et professionnelle de ses baptisés. Mais il est une faculté ou baptême rime souvent avec obligation, manipulation, pression sociale, angoisse et culpabilisation : la faculté vétérinaire.

 

            Véritable institution, le baptême vété n'est pas un choix aussi léger que dans d'autres sections. Par un système  bien rodé, l' étudiant vété sera amené à croire qu'il n'a pas réellement le choix. En tout cas, pas s'il veut réussir... Selon les propres mots d'un ex-vice président du Comité de Baptême Vétérinaire, dans une lettre aux nouveaux étudiants vété : « Ce sera également pour vous l'heure d'opérer un choix [...] dont les conséquences se feront sentir jusque dans votre vie professionnelle ! » et encore « Ceux qui refusent l'intégration que nous leur proposons s'excluent eux-même de nos différentes activités. »

 

            Car c'est bien d'exclusion qu'il s'agit ! De discrimination pure et simple, même ! Beaucoup d'anciens étudiants ont déjà témoigné des injustices qui vont à leur encontre en tant que non-baptisés : il leur est plus difficile de se fournir certains syllabus, on ne leur donnera pas d'aide ou de tuyaux pour les examens – pire : on leur donnera des faux tuyaux pour les induire en erreur ! -, des professeurs (également baptisés) auront parfois une attitude différente envers eux, et ils auront même des difficultés à trouver des stages pour la réalisation de leur mémoire ! De réelles barrières se dressent donc devant eux, puisque cette « mafia » est  cautionnée à tous les niveaux hiérarchique de la faculté.  Ce sont ces barrières qui poussent les étudiants à faire leur baptême. Ce sont elles aussi qui, puisqu'elles semblent incontournables,  offrent une confortable impunité aux organisateurs qui n'hésitent pas à rendre le rite de plus en plus dur année après année (septembre 2013 ; une étudiante dans le coma). (Voir "Coma 2013").

 

            Quant aux prétendants au baptême, leur vie n'est pas plus rose ; car, s'ils ont le malheur de ne pas adhérer entièrement aux diverses règles et omertas du groupe (qui ne sont pas peu nombreuses), ils subiront une violente pression ! Ils se trouveront alors dans une relation de bourreaux à victimes avec tout le chapelet de comportements manipulateurs dont, bien évidemment, la culpabilisation des victimes : "Tu ne vas tout de même pas te plaindre pour si peu" ou "c'est pour rire, fais preuve d’un peu d'humour s'il te plaît !" ou " Si tu témoignes, tu es un traître" etc. C’est une technique qui cherche à briser la personnalité  du bleu.

 

            Cette manipulation s'accompagne aussi malheureusement d'une véritable torture physique (voir "Attention dangers" et Infos"et "Coma 2013), qui ne devrait plus être tolérée ! Pour bien  juger de la gravité du problème, imaginez un patron qui obligerait ses ouvriers à travailler 3 heures à genoux sans protections adéquates ; quelle ne serait pas la médiatisation autour de ce tortionnaire ! Les pratiques du baptême (et de la préparation au baptême) en font subir beaucoup plus (le bleu devra parfois rester jusqu'à 10 heures à genoux) ! Sans compter tout le reste : alcoolémie (excessive), situations dégradantes, insultes, menaces: " si tu abandonnes ton baptême, tu abandonnes le droit d'accéder à nos tuyaux d'examens et tu ne réussira pas sans nous." ou "Ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous.".

 

            Le point le plus alarmant, sur lequel nous pouvons et voulons agir, avec l'aide des autorités compétentes et de la pression du nombre, est l'existence d'une décharge honteuse que les bleus (étudiants en cours de baptême) doivent signer s'ils veulent arrêter le processus de leur baptême, stipulant qu'ils renoncent à leurs droits individuels et qu'ils s'engagent à ne pas porter plainte contre le comité de baptême ! Cette décharge a bien sûr pour ambition de se protéger de toute action en justice - est-ce qu'un groupe bienveillant obligerait ses membres en partance à signer un tel document ? Est-ce qu'un comité qui n'a rien à cacher agirait de la sorte ? Ce document va également bien entendu à l'encontre de la législation belge et d'une charte existante, la Charte "baptême" de l'ULg (voir infos  abus)

 

Malgré son caractère illégal et non-applicable,l'existence  de ce document cause à la majorité des bleus qui n'ont pas été jusqu'au bout du processus du baptêmes (et évidemment aussi la majorité des baptisés) une culpabilisation très forte les empêchant de sortir de l'omerta qui leur est imposée.


 

Refusez de le signer, ne vous laissez pas impressionner, ils ne peuvent pas vous obliger à le faire. Extorquer une signature est illégal. Nous savons que ce sera difficile car si vous abandonnez le processus du baptême, c'est que vous êtes au bout du rouleau... ... ... et prêt à tout pour que ça s’arrête. Le comité de baptême le sait aussi et en abuse.

Normalement, un document est signé en double exemplaire , un pour chaque partie. Ici , il n'en est rien et donc ce document ne vaut rien... Mais, ils s'en serviront quand même pour se retourner contre vous, en interne, en cas de plaintes. Ceci afin de s'éviter des problèmes avec la justice en vous culpabilisant. A leurs yeux , vous serez des renégats et eux , les victimes de votre traîtrise !...Alors qu'ils sont dans l'abus et l'illégalité.

 

 

Mais comment en est-on arrivé là? Par l'enchaînement de quels évènements ?

 

En fac vété, il y a beaucoup trop d'étudiants:  Rentrée 2015; Plus de 900 en première et 380 en quatrième qui sont des années clés. L’université ne peut pas offrir autant de places pour les travaux pratiques et pour les stages. L'ULG n'a pas les moyens d'assurer une formation digne d'une université à plus de 200 étudiants en terminale vétérinaire... Il s'en suit une élimination sévère.

 

 En effet, des 900 inscrits en 1° année à l'ULG, il ne peut en rester plus de 150 pour entrer en 4° année. En 4° année arrivent de Namur, Bruxelles et Louvain à peu près 200 étudiants car on ne peut terminer les études de vété qu'à l'ULG ! Et de nouveau, il y a un sévère écrémage. Cette année (2014) on a bien fait comprendre (aux étudiants de 4°, qui se retrouvent à 380  sur les bancs) que l'écrémage sera encore plus sélectif... Donc , après avoir investit dans 4 années d'études universitaire (au minimum), la moitié de ces étudiants vont abandonner leurs études !

 

L'ULG  ne devrait pas accepter toutes les candidatures mais les lois l'en empêchent. Les lois et les intérêts de l'université: Plus elle a d'inscrits , plus elle gagne...(voir : http://plethoreveterinaire.wesign.it/fr )

 

Au final; terminer ses études en médecine vétérinaire est très difficile.  

 

Le comité de baptême propose un système basé sur la solidarité pour s'en sortir : La création et le partage d'une base de données de tuyaux pour les examens. Pour avoir droit à cette solidarité il faut être baptisé. Par une manipulation insidieuse, et bien rodée,  les étudiants seront amenés à croire que le baptême est incontournable si on veut réussir. Ce système à pourri et, à présent, il y a d'un côté, les baptisés et de l'autre les non-baptisés. Ceci gangrène l'ambiance dans la fac (Peur de se faire rejeter pour les baptisés; stigmatisation et discrimination pour les non-baptisés). Beaucoup de témoignages mettent en cause les comportements de la Société Générale des Étudiants en Médecine Vétérinaire (S.G.E.M.V.)... 

La SGEMV organise toutes sortes d'activités pour ses adeptes. C'est à eux qu'on doit l'organisation très lourde de vétérinexpo mais  Ici;  nous n'en relèverons ses côtés les moins reluisants.

 Cette société  se veut représentative de   TOUS les étudiants, comme on peut le lire sur leur site : " ... (la S.G.E.M.V.)...,   soutient, représente et défend les intérêts de l’ensemble des étudiants de la Faculté vétérinaire de l’ULg... "http://www.sgemv.be/. Mais elle  n'y accepte pas d'étudiants non-baptisés et d'ailleurs, l'accès au siège de la SGEMV leur est strictement interdit. Dans les faits, elle  représente uniquement  le comité de baptême et les étudiants baptisés.

 

Jusqu'il y a peu, elle avait le monopole de la distribution de syllabus qu'on ne pouvait pas se procurer autrement.

 

Mécanisme dangereux  :

Il fallait passer par eux,

ce qui leur donnait un certain pouvoir,

ils en abusaient. (Surtout, ici, contre les non-baptisés qui devaient subir moqueries, quolibets et harcèlements  afin d’obtenir ces cours.)

 

Les professeurs qui cautionnaient ce système, en n'éditant pas leurs cours par un autre circuit,  en étaient-ils conscients ?  

 

Les problèmes de discriminations entre baptisés et non baptisés et le baptême qui a mal tourné en 2013 ont contribué à la création d'un autre circuit de distribution , plus équitable proposé par l'ULG.


Les étudiants non-baptisés (appelés péjorativement "chroniques") n'ont pas accès aux soirées organisées dans les locaux de la faculté, n’ont pas accès au bal des étudiants ni à la soirée des bacheliers qui réuni l'ensemble des services de la faculté (dont le corps professoral ainsi que les étudiants baptisés) , alors que ce sont des activités, normalement, ouvertes à tous . Pourquoi? Parce-que les membres de la SGEMV leur en interdisent  l'entrée ou les en dissuadent par leur comportement ; D'où un rapprochement jusqu'au copinage entre les étudiants baptisés et le corps professoral.

 

Celui-ci pourra-t-il réellement rester impartial lors des examens et autres évaluations ? La réponse est non. Il y a beaucoup de témoignages à ce sujet, entre autres: 

  http://recteur.blogs.ulg.ac.be/?p=602#comments

 

 

Ces fêtes sont un véritable évènement annuel de la vie facultaire et pas des soirées privées... ... ... D’où ont-ils reçu le pouvoir de leur refuser l’entrée ? Ceci est discriminatoire ;  Ne serait-il pas plus sain que le CLV prenne en charge la distribution des cours et les soirées puisqu’il est réellement  au service de  tous les étudiants ? Celui-ci propose également des tuyaux et les partagent avec tous les étudiants , baptisés et non-baptisés (voir "Elections et CLV). 

 

CLV cercle liégeois des étudiants en médecine vétérinaire

  http://www.cerclevete.be/  



Et d’ailleurs, pourquoi deux sociétés d'étudiants; L'une discriminatoire et l'autre pas, l'une ayant du pouvoir et l'autre pas ?

(voir "Elections et CLV")

Dans les autres facultés, les comités de baptêmes ont-ils les mêmes pouvoirs ?
Dans les autres facultés, seul l'accès aux activités baptismales est interdit aux non-baptisés, ce qui permet de garder de bons rapports avec ces derniers et ainsi, d'évoluer dans  une meilleure ambiance.

 

Ici, les rares baptisés qui osent parler à des "chroniques" sont traités du terme péjoratif de "pro-chro".

Ces "pro-chro"  se font supprimer définitivement leur accès au forum des baptisés s'ils osent montrer à leurs amis non-baptisés un fichier qui s'y trouverait.
- Forum sur lequel les soirées sont annoncées, où sont affichées les photos des soirées et où sont disponibles les fameux "tuyaux"pour les examens. L'accès à ces "tuyaux" est la seule raison pour laquelle la plupart des étudiants ont accepté d'affronter les humiliations répétées du baptême.

 Les étudiants qui gèrent ce site font  une traque effrénée de ceux qui auraient osé trahir le reste de la communauté afin de les punir. Pour plus de facilités , ils interdisent aux étudiants baptisés de parler aux non-baptisés. N'est-ce pas là une atteinte aux libertés individuelles? (voir "Attention dangers")

 

Seconde punition : Ne pas pouvoir devenir parrain lorsqu'ils seront en dernière année ...  Ce qui signifie ne pas pouvoir en faire baver comme ils en ont bavé... Faire subir ce qu'ils ont subit; généralement en pire !... Donc entretenir la spirale infernale.

 

Et bien sûr , c'est le comité de baptême qui oblige les bleus à renoncer à leur droit de porter plainte. Car il y a de quoi porter plainte: Le baptême est devenu abusivement brutal, autant sur le plan physique que psychique. Baptême 2013 : une étudiante dans le coma ! Et l'an prochain ? Deux ? (Voir "Coma 2013")

 

Au sujet du consentement à passer cette épreuve; n'oublions pas qu' accepter sous la contrainte n’est pas consentir, et a fortiori approuver à l'avance et les yeux fermés tout ce qu'on va vous faire subir. Se défendre en disant : "C'est normal , c'est ça le baptême , nous y sommes passés aussi!" ne rend pas la brutalité normale, humaine ou acceptable.

Attention, il ne s'agit pas d'une après-midi récréative, le tout dure trois semaines ! Trois semaines de mauvais traitements 24h sur 24 ... Mais, où se situe la limite entre mauvais traitement et torture?... ... ...     ( Attention dangers)

 

 

On retrouve dans tous leurs comportements le même mécanisme que décrit plus haut : 

Il faut passer par eux; ce qui leur donne un certain pouvoir; ils en abusent.

 La SGEMV a donc créé un moyen de pression sur tous les étudiants - système utilisé par les groupes mafieux : "Ou tu te plies ou on te casse que tu sois de notre bord ou non" ... Tout en laissant croire aux adeptes qu'ils les protègent ....  alors qu'ils sont l'unique  menace.

 

En 2010, une enquête menée par le centre d'égalité chances, sur la demande du recteur de l'ULG, à bel et bien prouvé qu' il y avait discrimination entre baptisés et non-baptisés en fac vété. ( voir  "Pas de Discriminations ?")

 

"... Ceux qui ne vivent pas au cœur du problème ne se rendent que faiblement compte de ce qui se passe en fac vété, mais d'autres en souffrent terriblement. Il existe d'ailleurs des étudiants qui ont mit un terme à leurs études à cause de cette situation gangrénée par le stress, le harcèlement et la discrimination.Il y a une réelle pression faite sur la liberté d’actions et de mouvements des étudiants. Ceux qui cautionnent ces comportements disent que ce n’est qu’un jeu." ( Témoignage)

 

Cela démontre qu’ils n’ont pas conscience de la gravité de ce qu’ils font, mais n'en rend pas le fait moins condamnable. 

 

 

 

  

Actuellement , le baptême est en perte de vitesse des moyens plus adaptés pour s'intégrer sont en place ; en effet, la plupart des étudiants se retrouvent sur les réseaux sociaux. N'hésitez plus, passez à quelque chose de plus sympa  !!!

Nous contacter : 

Stopabusbapteme@gmail.com

Site sur le baptême en général:

www.baptemeetudiantrireou.sitew.be

 

L'équipe du site remercie tout particulièrement les différents témoins qui nous ont aidés. C'est grâce à eux que cette démarche à été possible. Merci pour leur confiance.


Pour la suite, afin de  donner à notre action des fondements solides aux yeux de tous, nous avons besoin de témoignages signés... ... ...  Nous savons que si vous vous faites connaitre, vous serez harcelés donc nous cherchons des personnes qui accepteraient de témoigner publiquement sans craintes. Si vous avez été victime et que vous ne faites plus partie du circuit , votre témoignage nous intéresse.


Vous comprendrez que notre anonymat est la garantie nécessaire à nos témoins.Nous devons rester dans l'ombre !

 

Sauf pour les témoignages publics pour les quels nous promettons l'anonymat, nous comprenons , tout naturellement , que vous nous écriviez sous une fausse identité.