stop aux abus du baptême vétérinaire

L'action

           

 


                              Nous pouvons agir simplement et efficacement !

 


Actuellement , le baptême est en perte de vitesse des moyens plus adaptés pour s'intégrer ont été mis en place ; en effet, la plupart des étudiants se retrouvent sur les réseaux sociaux. N'hésitez pas !!!

 



Ecrire au ministre de l'enseignement supérieur pour installer un filtre aux inscriptions car moins il y aura d'inscrits moins il y aura de concurrence entre les étudiants et moins il y aura de discrimination.

 

J'usqu'à présent , en Belgique , il n'existe pas de possibilité légale pour restreindre l'afflux d'étudiants aux études supérieures.Dans certaines facultés telle la médecine et la médecine vétérinaire ce fait crée un problème au niveau des débouchés et au niveau de la formation. Pas assez de place pour les travaux pratiques, pour les stages , etc, etc ... ... Dernièrement , suite aux manifestation des étudiants de médecine (dont les débouchés restaient incertains), le ministre à été chargé de trouver une solution. Il a proposé un filtres aux inscriptions. Nous lui suggérons d'étendre celle-ci aux fac vété car la surpopulation estudiantine y génère une concurrence malsaine.

 

A envoyer à : Jean Claude Marcourt :

jeanclaude.marcourt@gov.cfwb.be

 

(Date, nom))

 

Monsieur le Ministre de l'enseignement supérieur,

 

Je vous écris aujourd'hui car ayant suivit avec attention les informations concernant la mise en place d'un filtre à l'inscription aux études de médecine en fédération Wallonie-Bruxelles, J'en suis venu à penser qu'il pourrait en être de même pour les études vétérinaire. En voici la raison : En fac vétérinaire, il y a beaucoup trop d'étudiants. L’université ne peut pas offrir autant de places pour les travaux pratiques et pour les stages. L'ULG n'a pas les moyens d'assurer une formation digne d'une université à plus de 200 étudiants en terminale vétérinaire... Il s'en suit une élimination sévère.

 

En effet, de 400 inscrits en 1° année à l'ULG, il ne peut en rester plus de 150 pour entrer en 4° année. En 4° année arrivent de Namur, Bruxelles et Louvain à peu près 200 étudiants car on ne peut terminer les études de vétérinaire qu'à l'ULG ! Et de nouveau, il y a un sévère écrémage. Cette année (2014) on a bien fait comprendre (aux étudiants de 4°, qui se retrouvent à 380 sur les bancs) que l'écrémage sera encore plus sélectif... Donc , après avoir investit dans 4 années d'études universitaire (Au minimum, car il est considéré « normal » de recommencer au moins la première), la moitié de ces étudiants vont abandonner leurs études !

 

L'ULG ne devrait pas accepter toutes les candidatures mais les lois l'en empêchent.

 

Terminer ses études en médecine vétérinaire est très difficile. Le comité de baptême propose un système basé sur la solidarité pour s'en sortir : La création et le partage d'une base de données de tuyaux pour les examens. Pour avoir droit à cette solidarité il faut être baptisé. Par une manipulation insidieuse, et bien rodée, les étudiants seront amenés à croire que le baptême est incontournable si on veut réussir. Ce système à pourri et, à présent, il y a d'un côté, les baptisés et de l'autre les non-baptisés. Ceci gangrène l'ambiance dans la fac : Peur de se faire rejeter pour les baptisés; Rejet,stigmatisation et discrimination pour les non-baptisés ; abus lors des baptêmes (Une étudiante dans le coma en 2013)

 

Si un filtre est instauré dès le début du cursus , il n'y aura plus de raison à toutes ces discriminations et abus puisque il y aura moins de concurrence entre les étudiants. Je vous encourage à prendre une décision dans ce sens.

 

Veuillez agréer, Monsieur le ministre, l'expression de ma très haute considération.

 

(Signature)

  

Si vous avez été victime, portez plainte, à la police et à l'université.


Monsieur le recteur est prêt à aller jusqu'à l'exclusion en cas de malversations  voir lien ci dessous). Mais, me direz-vous, qui serait assez imprudent que pour aller porter plainte au risque de passer ses années d'études sur le banc des proscrits ?

Pas de plaintes , pas de contrevenants... ... ...

 

 ... C'est vrai dans le cas de plaintes trop peu nombreuses. Mais si tous portaient plaintes , les "ultras baptisés", se retrouveraient noyés, débordés. Jamais ils ne pourraient se justifier contre toutes ces accusations et, en même temps, continuer de menacer et porter préjudice à autant de personnes à la fois... n'oublions pas que les non-baptisés forment la majorité, faites-la respecter! Ne laissez plus la minorité d'ultra-baptisés vous en imposer. Pour pouvoir éradiquer le problème, le recteur à besoin de preuves. Etant bien conscient des risques que vous prenez , il vous garantit l'anonymat.

 

Service écoute et médiation ULG : Nicole TATON - Tél. 04 366 58 43 - courriel : Nicole.Taton@ulg.ac.be

 

 

Refusez de signer  la "décharge " en cas d'abandons du processus du baptême. Ne vous laissez pas impressionner, ils ne peuvent pas vous obliger à le faire. Extorquer une signature est illégal.

 

Nous savons que ce sera difficile car si vous abandonnez le processus du baptême , c'est que vous êtes au bout du rouleau... ... ... et prêt à tout pour que ça s’arrête. Le comité de baptême le sait aussi et en abuse. Un contrat doit être signé en deux exemplaires (Un pour chaque partie) pour être légal,ici il n'en est rien. Cependant, le comité de baptême s'en servira quand même contre vous en interne.Ceci afin de s'éviter des problèmes avec la justice en vous culpabilisant. A leurs yeux , vous serez des renégats et eux , les victimes de votre traîtrise !... Alors qu'ils sont dans l'abus et l'illégalité

 

 

 

 

 

Participez aux élections des étudiants ( voir "Elections et CLV")

 

 

Vis-à-vis de l’extérieur les représentants des étudiants sont la seule voix officielle. C’est eux qui seront écoutés. Et donc leurs versions des faits qui seront prises en compte et leurs demandes qui seront analysées.  C’est à eux, également, que seront allouées des facilités quand à l’organisation des diverses activités. Telles les locations de salles, les petits prix pour étudiants, la confiance des sponsors … … … Ils ont aussi à leur charge l’organisation de certaines soirées tel le bal des étudiants … qui, en fac vété, se révèle être discriminatoire envers les non-baptisés…

 

…On peut rêver et espérer qu’avec d’autres représentants, il n’en serait plus de même et que les mentalités pourraient évoluer positivement à tous les niveaux.

Faire changer les choses ? Oui, vous en avez le pouvoir. Lors de ces élections, voter massivement pour un candidat représentant réellement tous les étudiants, en est une des clés.

 

 

Nous vous encourrageons aussi fortement à  faire circuler ces infos – oralement, par mail, par facebook, par courrier, par pigeon voyageur, etc. - pour que l'impunité cesse et que cette pratique soit révélée au grand jour !

 

Que pouvez-vous faire d'autre ? Toutes sortes de possibilités s'offrent à vous en fonction de votre temps et de votre motivation, comme par exemple :

                    Organiser des flash mobs

                    Organiser une manifestation

Pour les étudiants vétérinaires :

                    Ne pas faire son baptème

                    Créer un groupement de résistance au baptème

                    Soutenir le CLV (voir infos)

                    Porter plainte en cas d'injustice

                    Interpeller les représentants d'étudiants de l'université

 

Vous pouvez aussi nous contacter à l'adresse :Stopabusbapteme@gmail.com

 

 

 

 

 

 Vous pouvez écrire aux autorités compétentes pour sensibiliser le conseil de la jeunesse (qui a une véritable influence politique) pour faire interdire cette mafia afin d'en finir avec la loi du silence qui sévit dans cette faculté et, ainsi, exiger le respect de la charte « baptême » !

 

Votre signature est importante ! Celles de vos amis aussi ! Ainsi vous pouvez écrire à Evelyne Huytebroeck (Ministre de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse), à Jean-Claude Marcourt (Ministre de l'enseignement supérieur), à Willy Demeyer (bourgemestre de Liège), au Conseil de la Jeunesse et au Conseil Communal de Liège. Vous trouverez ci-dessous les modèles de lettres que nous avons préparées pour les différents destinataires, avec les adresses mail correspondantes. Vous pouvez bien sûr composer votre propre courrier si vous le préférez.

 

Lettre type 1:
Evelyne Huytebroeck (Ministre de la Jeunesse

Lettre type 2:
Jean-Claude Marcourt (Ministre de l'enseignement supérieur)

Lettre type 3:
Willy Demeyer (bourgemestre de Liège)

Lettre type 4:
Conseil de la Jeunesse

Lettre type 5:
Conseil Communal de Liège

 

Pour plus d'impact , écrivez à tous !

 

 Merci pour l'attention que vous portez à notre action !

 

 Lettre type 1

 

 

Evelyne Huytebroeck, Ministre de la Jeunesse et d'Aide à la Jeunesse : evelyne.huytebroeck@cfwb.be

 Date...

 

Madame Huytebroeck,

 Je vous écris aujourd’hui pour vous faire part de ma préoccupation concernant le déroulement et les conséquences du baptème étudiant organisé par la faculté vétérinaire de Liège

En effet, les non-baptisés souffrent d'une discrimination puissante qui met en péril leur réussite professionnelle et leur bien-être psychique.  Car il s'agit bien de discrimination pure et simple ! Beaucoup d'anciens étudiants ont déjà témoigné des injustices qui vont à leur encontre en tant que non-baptisés : il leur est plus difficile de se fournir certains syllabi, on ne leur donnera pas d'aide ou de tuyaux pour les examens – pire : on leur donnera des faux tuyaux pour les induire en erreur ! -, les professeurs (également baptisés) auront parfois une attitude différente envers eux, et ils auront même des difficultés à trouver des stages pour la réalisation de leur mémoire ! De réelles barrières se dressent donc devant eux, puisque cette « maffia » est  cautionnée à tous les niveaux hiérarchique de la faculté (et même de la sphère vétérinaire en dehors de la faculté) !Ce sont ces barrières qui poussent les étudiants à faire leur baptême. Ce sont elles aussi qui , puisqu'elles semblent indispensables,  offrent une confortable impunité aux organisateurs qui n'hésitent pas à rendre le rite de plus en plus dur année après année.

 

Quant aux prétendants au baptème, leur vie n'est pas plus rose ; car ils subissent souvent une violente pression psychologique de la part des comités de baptème, qui s'accompagne aussi malheuresement d'une véritable torture physique, qui ne devrait plus être tolérée ! Sans compter tout le reste : alcoolémie (excessive), situations dégradantes, insultes, …


Le point le plus alarmant, sur lequel je voudrais particulièrement attirer votre attention, c'est une “décharge” honteuse que que les bleus (étudiants en cours de baptème) doivent signer s'ils veulent arrêter le processus de leur baptème, stipulant qu'ils renoncent à leurs droits individuels et qu'ils s'engagent à ne pas porter plainte contre le comité de baptème ! Cette décharge a bien sûr pour ambition de se protéger contre toute action en justice ! Est-ce qu'un groupe bienveillant obligerait ses membres en partance à signer un tel document ? Est-ce qu'un comité qui n'a rien à cacher agirait de la sorte ?  Cette décharge va bien entendu à l'encontre de la législation belge et d'une charte existante, la Charte "baptême" de l'ULg. Malgré son caractère illégal et non-applicable, la majorité des bleus sortis du baptème (et évidemment aussi la majorité des baptisés) sont soumis à une culpabilisation trop forte, et n'osent pas sortir de l'omerta qui leur est imposée.


En tant que Ministre de la Jeunesse et d'Aide à la Jeunesse, je vous prie donc de prendre de toute urgence des mesures visant à faire respecter la loi belge, les droits individuels, ainsi que la Charte “baptème” de l'Ulg; en vue de faire cesser les scènes de mauvais traitements (mauvais traitements apparentés à de la torture, du harcèlement et de la manipulation) dans nos rues et nos facultés universitaires  trop souvent pardonnées sous le couvert de « folklore  étudiant », ainsi que la discrimination des non-baptisés.
Je vous engage également à mener une enquète sur l'existence de cette “décharge” qui obligerait l'étudiant sortant du processus de baptème à renoncer à ses droits individuels, car une telle pratique ne peut être tolérée dans une démocratie !

 

Je remercie les autorités compétentes d’avoir proposé l’élaboration d’une charte de respect de l’enseignement supérieur afin de rétablir le respect mutuel et d’éliminer la discrimination.  Pourriez-vous les encourager à la finaliser pour la rentrée 2014? Je serais, cependant, heureux d’y voir figurer un rappel des lois déjà en vigueurs car si nul n’est sensé ignoré la loi, elle semble passer au second rang face au folklore estudiantin.


Si vous avez la moindre interrogation par rapport à ce sujet, vous pouvez prendre contact avec les organisateurs de l'action via l'adresse mail: 

  Stopabusbapteme@gmail.com

 

Ou le site:

http://www.abusbaptemeveterinaire.sitew.com/

 

 

 

 


Veuillez agréer, Madame Huytebroeck, l'expression de ma très haute considération.

 

 

 

Lettre type 2

 

 

Jean-Claude Marcourt, Ministre de l'Enseignement Supérieur : jeanclaude.marcourt@gov.wallonie.be


Date...

Monsieur Marcourt,

 Je vous écris aujourd’hui pour vous faire part de ma préoccupation concernant le déroulement et les conséquences du baptême étudiant organisé par la faculté vétérinaire de Liège

 

En effet, les non-baptisés souffrent d'une discrimination puissante qui met en péril leur réussite professionnelle et leur bien-être psychique.  Car il s'agit bien de discrimination pure et simple ! Beaucoup d'anciens étudiants ont déjà témoigné des injustices qui vont à leur encontre en tant que non-baptisés : il leur est plus difficile de se fournir certains syllabi, on ne leur donnera pas d'aide ou de tuyaux pour les examens – pire : on leur donnera des faux tuyaux pour les induire en erreur ! -, les professeurs (également baptisés) auront parfois une attitude différente envers eux, et ils auront même des difficultés à trouver des stages pour la réalisation de leur mémoire ! De réelles barrières se dressent donc devant eux, puisque cette « maffia » est  cautionnée à tous les niveaux hiérarchique de la faculté (et même de la sphère vétérinaire en dehors de la faculté) !Ce sont ces barrières qui poussent les étudiants à faire leur baptême. Ce sont elles aussi qui, puisqu'elles semblent indispensables, offrent une confortable impunité aux organisateurs qui n'hésitent pas à rendre le rite de plus en plus dur année après année.

 

Quant aux prétendants au baptême, leur vie n'est pas plus rose ; car ils subissent souvent une violente pression psychologique de la part des comités de baptême, qui s'accompagne aussi malheureusement d'une véritable torture physique, qui ne devrait plus être tolérée ! Sans compter tout le reste : alcoolémie (excessive), situations dégradantes, insultes, …


Le point le plus alarmant, sur lequel je voudrais particulièrement attirer votre attention, c'est une “décharge” honteuse que les bleus (étudiants en cours de baptême) doivent signer s'ils veulent arrêter le processus de leur baptême, stipulant qu'ils renoncent à leurs droits individuels et qu'ils s'engagent à ne pas porter plainte contre le comité de baptême ! Cette décharge a bien sûr pour ambition de se protéger contre toute action en justice ! Est-ce qu'un groupe bienveillant obligerait ses membres en partance à signer un tel document ? Est-ce qu'un comité qui n'a rien à cacher agirait de la sorte ?  Cette décharge va bien entendu à l'encontre de la législation belge et d'une charte existante, la Charte "baptême" de l'ULg. Malgré son caractère illégal et non-applicable, la majorité des bleus sortis du baptême (et évidemment aussi la majorité des baptisés) sont soumis à une culpabilisation trop forte, et n'osent pas sortir de l'omerta qui leur est imposée.


En tant que Ministre de l'Enseignement Supérieur, je vous prie donc de prendre de toute urgence des mesures visant à faire respecter la loi belge, les droits individuels, ainsi que la Charte “baptême” de l'Ulg; en vue de faire cesser les scènes de mauvais traitements (mauvais traitements apparentés à de la torture, du harcèlement et de la manipulation) dans nos rues et nos facultés universitaires  trop souvent pardonnées sous le couvert de « folklore  étudiant », ainsi que la discrimination des non-baptisés.
Je vous engage également à mener une enquête sur l'existence de cette “décharge” qui obligerait l'étudiant sortant du processus de baptême à renoncer à ses droits individuels, car une telle pratique ne peut être tolérée dans une démocratie !

 

Je vous remercie  d’avoir proposé l’élaboration d’une charte de respect de l’enseignement supérieur afin de rétablir le respect mutuel et d’éliminer la discrimination.  Je vous  encourage à la finaliser pour la rentrée 2014. Je serais, cependant, heureux d’y voir figurer un rappel des lois déjà en vigueurs car si nul n’est sensé ignorer la loi, elle semble passer au second rang face au folklore estudiantin.


Si vous avez la moindre interrogation par rapport à ce sujet, vous pouvez prendre contact avec les organisateurs de l'action via l'adresse mail : 

 

Stopabusbapteme@gmail.com

 

 

Ou le site:   

 

http://www.abusbaptemeveterinaire.sitew.com/#Accueil 



Veuillez agréer, Monsieur Marcourt, l'expression de ma très haute considération.

 

 

Lettre type 3

 

Date ...

 

Willy Demeyer, Bourgemestre de Liège :
bourgmestre.demeyer@liege.be


Monsieur Demeyer,

 Je vous écris aujourd’hui pour vous faire part de ma préoccupation concernant le déroulement et les conséquences du baptême étudiant organisé par la faculté vétérinaire de Liège


En effet, les non-baptisés souffrent d'une discrimination puissante qui met en péril leur réussite professionnelle et leur bien-être psychique.  Car il s'agit bien de discrimination pure et simple ! Beaucoup d'anciens étudiants ont déjà témoigné des injustices qui vont à leur encontre en tant que non-baptisés : il leur est plus difficile de se fournir certains syllabi, on ne leur donnera pas d'aide ou de tuyaux pour les examens – pire : on leur donnera des faux tuyaux pour les induire en erreur ! -, les professeurs (également baptisés) auront parfois une attitude différente envers eux, et ils auront même des difficultés à trouver des stages pour la réalisation de leur mémoire ! De réelles barrières se dressent donc devant eux, puisque cette « maffia » est  cautionnée à tous les niveaux hiérarchique de la faculté (et même de la sphère vétérinaire en dehors de la faculté) !Ce sont ces barrières qui poussent les étudiants à faire leur baptême. Ce sont elles aussi qui, puisqu'elles semblent indispensables, offrent une confortable impunité aux organisateurs qui n'hésitent pas à rendre le rite de plus en plus dur année après année.


Quant aux prétendants au baptême, leur vie n'est pas plus rose ; car ils subissent souvent une violente pression psychologique de la part des comités de baptême, qui s'accompagne aussi malheureusement d'une véritable torture physique, qui ne devrait plus être tolérée ! Sans compter tout le reste : alcoolémie (excessive), situations dégradantes, insultes, …


Le point le plus alarmant, sur lequel je voudrais particulièrement attirer votre attention, c'est une “décharge” honteuse que que les bleus (étudiants en cours de baptême) doivent signer s'ils veulent arrêter le processus de leur baptême, stipulant qu'ils renoncent à leurs droits individuels et qu'ils s'engagent à ne pas porter plainte contre le comité de baptême ! Cette décharge a bien sûr pour ambition de se protéger contre toute action en justice ! Est-ce qu'un groupe bienveillant obligerait ses membres en partance à signer un tel document ? Est-ce qu'un comité qui n'a rien à cacher agirait de la sorte ?  Cette décharge va bien entendu à l'encontre de la législation belge et d'une charte existante, la Charte "baptême" de l'ULg. Malgré son caractère illégal et non-applicable, la majorité des bleus sortis du baptême (et évidemment aussi la majorité des baptisés) sont soumis à une culpabilisation trop forte, et n'osent pas sortir de l'omerta qui leur est imposée.


En tant que Bourgmestre de Liège, je vous prie donc de prendre de toute urgence des mesures visant à faire respecter la loi belge, les droits individuels, ainsi que la Charte “baptême” de l'Ulg; en vue de faire cesser les scènes de mauvais traitements (mauvais traitements apparentés à de la torture, du harcèlement et de la manipulation) dans nos rues et nos facultés universitaires  trop souvent pardonnées sous le couvert de « folklore  étudiant », ainsi que la discrimination des non-baptisés.
Je vous engage également à mener une enquête sur l'existence de cette “décharge” qui obligerait l'étudiant sortant du processus de baptême à renoncer à ses droits individuels, car une telle pratique ne peut être tolérée dans une démocratie !

 

Je remercie les autorités compétentes d’avoir proposé l’élaboration d’une charte de respect de l’enseignement supérieur afin de rétablir le respect mutuel et d’éliminer la discrimination.  Pourriez-vous les encourager à la finaliser pour la rentrée 2014? Je serais, cependant, heureux d’y voir figurer un rappel des lois déjà en vigueurs car si nul n’est sensé ignorer la loi, elle semble passer au second rang face au folklore estudiantin.


Si vous avez la moindre interrogation par rapport à ce sujet, vous pouvez prendre contact avec les organisateurs de l'action via l'adresse mail : 

 

Stopabusbapteme@gmail.com

ou le site:

http://www.abusbaptemeveterinaire.sitew.com/#Accueil

 

 


Veuillez agréer, Monsieur Demeyer, l'expression de ma très haute considération.

 

 

Lettre type4

 

Date...

 

Conseil de la jeunesse :  conseil.jeunesse@cfwb.be

Madame, Monsieur, Jeunes filles, Jeunes hommes,

 Je vous écris aujourd’hui pour vous faire part de ma préoccupation concernant le déroulement et les conséquences du baptême étudiant organisé par la faculté vétérinaire de Liège.


En effet, les non-baptisés souffrent d'une discrimination puissante qui met en péril leur réussite professionnelle et leur bien-être psychique.  Car il s'agit bien de discrimination pure et simple ! Beaucoup d'anciens étudiants ont déjà témoigné des injustices qui vont à leur encontre en tant que non-baptisés : il leur est plus difficile de se fournir certains syllabi, on ne leur donnera pas d'aide ou de tuyaux pour les examens – pire : on leur donnera des faux tuyaux pour les induire en erreur ! -, les professeurs (également baptisés) auront parfois une attitude différente envers eux, et ils auront même des difficultés à trouver des stages pour la réalisation de leur mémoire ! De réelles barrières se dressent donc devant eux, puisque cette « mafia » est  cautionnée à tous les niveaux hiérarchique de la faculté (et même de la sphère vétérinaire en dehors de la faculté) !Ce sont ces barrières qui poussent les étudiants à faire leur baptême. Ce sont elles aussi qui, puisqu'elles semblent indispensables, offrent une confortable impunité aux organisateurs qui n'hésitent pas à rendre le rite de plus en plus dur année après année.


Quant aux prétendants au baptême, leur vie n'est pas plus rose ; car ils subissent souvent une violente pression psychologique de la part des comités de baptême, qui s'accompagne aussi malheureusement d'une véritable torture physique, qui ne devrait plus être tolérée ! Sans compter tout le reste : alcoolémie (excessive), situations dégradantes, insultes, …


Le point le plus alarmant, sur lequel je voudrais particulièrement attirer votre attention, c'est une “décharge” honteuse que que les bleus (étudiants en cours de baptême) doivent signer s'ils veulent arrêter le processus de leur baptême, stipulant qu'ils renoncent à leurs droits individuels et qu'ils s'engagent à ne pas porter plainte contre le comité de baptême ! Cette décharge a bien sûr pour ambition de se protéger contre toute action en justice ! Est-ce qu'un groupe bienveillant obligerait ses membres en partance à signer un tel document ? Est-ce qu'un comité qui n'a rien à cacher agirait de la sorte ?  Cette décharge va bien entendu à l'encontre de la législation belge et d'une charte existante, la Charte "baptême" de l'ULg. Malgré son caractère illégal et non-applicable, la majorité des bleus sortis du baptême (et évidemment aussi la majorité des baptisés) sont soumis à une culpabilisation trop forte, et n'osent pas sortir de l'omerta qui leur est imposée.


En tant que représentants du Conseil de la Jeunesse, je vous prie donc de jouer de votre influence auprès des politiques, afin de leur faire prendre de toute urgence des mesures visant à faire respecter la loi belge, les droits individuels, ainsi que la Charte “baptême” de l'Ulg; en vue de faire cesser les scènes de mauvais traitements (mauvais traitements apparentés à de la torture, du harcèlement et de la manipulation) dans nos rues et nos facultés universitaires  trop souvent pardonnées sous le couvert de « folklore  étudiant », ainsi que la discrimination des non-baptisés.
Je vous prie également de faire pression sur les responsable compétents, afin de les engager à mener une enquête sur l'existence de cette “décharge” qui obligerait l'étudiant sortant du processus de baptême à renoncer à ses droits individuels, car une telle pratique ne peut être tolérée dans une démocratie !

 

Je remercie les autorités compétentes d’avoir proposé l’élaboration d’une charte de respect de l’enseignement supérieur afin de rétablir le respect mutuel et d’éliminer la discrimination.  Pourriez-vous les encourager à la finaliser pour la rentrée 2014? Je serais, cependant, heureux d’y voir figurer un rappel des lois déjà en vigueurs car si nul n’est sensé ignorer la loi, elle semble passer au second rang face au folklore estudiantin.

 

Si vous avez la moindre interrogation par rapport à ce sujet, vous pouvez prendre contact avec les organisateurs de l'action via l'adresse mail :

 

Stopabusbapteme@gmail.com

 

 

ou le site:

 

http://www.abusbaptemeveterinaire.sitew.com/#Accueil

 

 



Veuillez agréer, Madame, Monsieur, Jeunes filles, Jeunes hommes l'expression de ma très haute considération.

 

 

Lettre type 5

 

 

Conseil Communal de Liège : leur écrire via le site http://www.liege.be/contact-info

 

ujet :
Le baptème étudiant de la faculté vétérinaire

Message :
Madame, Monsieur,

 Je vous écris aujourd’hui pour vous faire part de ma préoccupation concernant le déroulement et les conséquences du baptême étudiant organisé par la faculté vétérinaire de Liège


En effet, les non-baptisés souffrent d'une discrimination puissante qui met en péril leur réussite professionnelle et leur bien-être psychique.  Car il s'agit bien de discrimination pure et simple ! Beaucoup d'anciens étudiants ont déjà témoigné des injustices qui vont à leur encontre en tant que non-baptisés : il leur est plus difficile de se fournir certains syllabi, on ne leur donnera pas d'aide ou de tuyaux pour les examens – pire : on leur donnera des faux tuyaux pour les induire en erreur ! -, les professeurs (également baptisés) auront parfois une attitude différente envers eux, et ils auront même des difficultés à trouver des stages pour la réalisation de leur mémoire ! De réelles barrières se dressent donc devant eux, puisque cette « maffia » est  cautionnée à tous les niveaux hiérarchique de la faculté (et même de la sphère vétérinaire en dehors de la faculté) !Ce sont ces barrières qui poussent les étudiants à faire leur baptême. Ce sont elles aussi qui, puisqu'elles semblent indispensables, offrent une confortable impunité aux organisateurs qui n'hésitent pas à rendre le rite de plus en plus dur année après année.


Quant aux prétendants au baptême, leur vie n'est pas plus rose ; car ils subissent souvent une violente pression psychologique de la part des comités de baptême, qui s'accompagne aussi malheureusement d'une véritable torture physique, qui ne devrait plus être tolérée ! Sans compter tout le reste : alcoolémie (excessive), situations dégradantes, insultes, …


Le point le plus alarmant, sur lequel je voudrais particulièrement attirer votre attention, c'est une “décharge” honteuse que les bleus (étudiants en cours de baptême) doivent signer s'ils veulent arrêter le processus de leur baptême, stipulant qu'ils renoncent à leurs droits individuels et qu'ils s'engagent à ne pas porter plainte contre le comité de baptême ! Cette décharge a bien sûr pour ambition de se protéger contre toute action en justice ! Est-ce qu'un groupe bienveillant obligerait ses membres en partance à signer un tel document ? Est-ce qu'un comité qui n'a rien à cacher agirait de la sorte ?  Cette décharge va bien entendu à l'encontre de la législation belge et d'une charte existante, la Charte "baptême" de l'ULg. Malgré son caractère illégal et non-applicable, la majorité des bleus sortis du baptême (et évidemment aussi la majorité des baptisés) sont soumis à une culpabilisation trop forte, et n'osent pas sortir de l'omerta qui leur est imposée.


En tant que représentants du Conseil Communal de Liège, je vous prie donc de prendre de toute urgence des mesures visant à faire respecter la loi belge, les droits individuels, ainsi que la Charte “baptême” de l'Ulg; en vue de faire cesser les scènes de mauvais traitements (mauvais traitements apparentés à de la torture, du harcèlement et de la manipulation) dans nos rues et nos facultés universitaires  trop souvent pardonnées sous le couvert de « folklore  étudiant », ainsi que la discrimination des non-baptisés.
Je vous engage également à mener une enquête sur l'existence de cette “décharge” qui obligerait l'étudiant sortant du processus de baptême à renoncer à ses droits individuels, car une telle pratique ne peut être tolérée dans une démocratie !

 

Je remercie les autorités compétentes d’avoir proposé l’élaboration d’une charte de respect de l’enseignement supérieur afin de rétablir le respect mutuel et d’éliminer la discrimination.  Pourriez-vous les encourager à la finaliser pour la rentrée 2014? Je serais, cependant, heureux d’y voir figurer un rappel des lois déjà en vigueurs car si nul n’est sensé ignorer la loi, elle semble passer au second rang face au folklore estudiantin.


Si vous avez la moindre interrogation par rapport à ce sujet, vous pouvez prendre contact avec les organisateurs de l'action via l'adresse mail : 

 

Stopabusbapteme@gmail.com

 

 ou le site:

http://www.abusbaptemeveterinaire.sitew.com/#Accueil

 

 


Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l'expression de ma très haute considération.

 

 

 

 

 



Actuellement , le baptême est en perte de vitesse des moyens plus adaptés pour s'intégrer sont en place ; en effet, la plupart des étudiants se retrouvent sur les réseaux sociaux. N'hésitez plus, passez à quelque chose de plus sympa  !!!

Nous contacter : 

Stopabusbapteme@gmail.com

Site sur le baptême en général:

www.baptemeetudiantrireou.sitew.be

 

L'équipe du site remercie tout particulièrement les différents témoins qui nous ont aidés. C'est grâce à eux que cette démarche à été possible. Merci pour leur confiance.


Pour la suite, afin de  donner à notre action des fondements solides aux yeux de tous, nous avons besoin de témoignages signés... ... ...  Nous savons que si vous vous faites connaitre, vous serez harcelés donc nous cherchons des personnes qui accepteraient de témoigner publiquement sans craintes. Si vous avez été victime et que vous ne faites plus partie du circuit , votre témoignage nous intéresse.


Vous comprendrez que notre anonymat est la garantie nécessaire à nos témoins.Nous devons rester dans l'ombre !

 

Sauf pour les témoignages publics pour les quels nous promettons l'anonymat, nous comprenons , tout naturellement , que vous nous écriviez sous une fausse identité.