stop aux abus du baptême vétérinaire

Pas de discrimination ?

 

                                       Pas de discrimination?


 

Si bien sûr !, et comme elle est illégale , vous avez le droit de porter plainte.

A la police bien entendu et à l'ULG au service "Écoute et médiation " : Nicole TATON - Tél. 04 366 58 43 - courriel : Nicole.Taton@ulg.ac.be

 


 

Au début , il n'y avait que des soupçons ...

 

Extrait de l’article "éradication" du blog du recteur où il s'exprime directement (2010) :

 

"L’intensité et les exigences quelque peu démesurées de ce « baptême » me posent problème, personnellement. Les attitudes d’humiliation des « bleus » par les baptisés me sont terriblement antipathiques car je déteste le manque de respect et l’avilissement délibéré, même lorsque la victime est consentante. Toutefois, si j’appelle au calme et à la mesure, je ne souhaite pas aller jusqu’à l’interdiction des baptêmes. Comment, d’ailleurs, le pourrais-je? Des adultes majeurs peuvent se livrer à tout ce qui leur passe par la tête dans un contexte privé sans que je dispose du moindre moyen de les en empêcher, et c’est très bien ainsi. Après tout, personne n’est obligé de se soumettre à ce à quoi il ou elle répugne, dire non reste son droit le plus fondamental.

 

Seulement voilà: il faut évidemment que cette dernière phrase soit vraie. Là où on sort carrément des clous, c’est lorsque le refus de se soumettre aux épreuves du baptême estudiantin conduit à des représailles de la part d’étudiants baptisés, de la part de membres du personnel scientifique baptisés ou de la part de professeurs baptisés — et ce n’est pas moins grave lorsqu’il s’agit de maîtres de stages extérieurs à l’Institution —, qui pratiquent l’abus de pouvoir, donc le harcèlement. A ce moment-là, que les représailles tiennent de l’intimidation, du rejet, ou de n’importe quelle forme d’entrave à la poursuite sereine des études, cela devient de la discrimination et c’est bien évidemment interdit par la loi — que nul n’est sensé ignorer —, tout autant que par l’éthique la plus élémentaire. De tels comportements seront sanctionnés par l’ULg qui dispose, pour cela, des organes nécessaires."

 

http://recteur.blogs.ulg.ac.be/?p=576

 

Ses interrogations en 2010 l'ont  incité à lancer une enquête à ce sujet.

 Résultat de l'enquête : Il y avait effectivement des discriminations 

 

Alors que la SGEMV crie haut et fort qu'il n'en n'est rien , nous en avons trouvé les  preuves sur:  Infos: www.ulg.ac.be 24/02/2011 / Categorie: Actu des campus

 

D'après une enquête menée par l'ULg (auprès de 900 étudiants en sciences vétérinaires), 15% des étudiants vétérinaires liégeois auraient été victimes de discrimination dans leur faculté au cours de leur cursus simplement parce qu'ils n'avaient pas passé le rite du baptême.

 

Dans une interview accordée à la RTBF, le recteur Bernard Rentier a tenu à réagir à ces chiffres: «Le problème existe, il est connu. Evidemment, il est jugé grave par ceux qui en souffrent, et cela représente quand même 137 personnes qui sur les 925 disent qu'ils en souffrent ou qu'ils en ont souffert. Donc on ne peut pas dire que le problème est négligeable ou qu'il puisse être négligé. Par contre, ce n'est pas le raz de marée de l'oppression comme on pourrait l'imaginer quand on écoute certains». Sous quelles formes apparaît cette discrimination? Les non-baptisés ont plus difficilement accès aux tuyaux d'examens, se voient refuser certaines places dans la cafétéria et éprouvent des difficultés à trouver un maître de stage. Encore plus étonnant: cette discrimination proviendrait d'une minorité d'étudiants et même de quelques professeurs!

 

Infos: www.ulg.ac.be

 

 Extraits de l'article paru en 2010 sur le blog du recteur:  http://recteur.blogs.ulg.ac.be/?p=576 

 http://www.dailymotion.com/video/x13qq1n_de-la-discrimination-envers-les-non-baptises-a-l-ulg_news

 

 Notre réaction :

 

Merci Monsieur le recteur pour cette confirmation et pour vos efforts d'en finir avec la discrimination depuis plusieurs années.

 

Nous nous devons de signaler que s'il n'y a eu que 137 plaintes , c'est par ce qu'il ne s'agit ici que  de ceux qui ont osé se plaindre... ... ... nous les remercions également. 

 

Reportage RTBF 13/10/2010 :

 

De 2010, ok , mais rien n'a changé! Ou si peu. Une charte à été signée mais pas respectée. Ces images du baptême vété sont pratiquement les seules existantes. En effet, le comité de baptême les interdisent et les traquent. Elles ont provoqué une première vague de réactions en 2010.

 

http://www.youtube.com/watch?v=NG_CUEQaQOg&gl=BE 

 

 

Le recteur dénonce la discrimination à Controverse RTL (4 /10 /13)


 

http://www.rtl.be/info/magazinesdelaredaction/Controverse/1037954/etudiante-hospitalisee-apres-un-bapteme-je-defie-les-etudiants-responsables-de-se-denoncer-

 

"... M. Rentier a également indiqué avoir des preuves de ces discriminations dont souffraient les étudiants non baptisés. "Ce n’est pas partout dans l’université, nous savons très bien où ça se trouve et le cas qui s’est produit est exactement celui-là. Si la jeune fille qui va reprendre ses cours s’assied à côté d’un non baptisé ou parle à un non baptisé, elle en subira des séquelles et ce n’est pas normal, c’est ça que je veux absolument éradiquer de mon université."…

 

 

 La discrimination est encore actuelle

Extrait d'un article de Today in liège Le 4/10/13

 

"... La plupart des étudiants et des membres du personnel académique s’accordant à dire que la situation a bien évolué depuis 10 ans, il semble heureusement acquis que le fait de ne pas faire son baptême n’empêche pas les bons étudiants de réussir leurs études. « Mais dans le cas d’un professeur d’anatomie pro-baptême, qui organise régulièrement des soirées avec les étudiants baptisés le mercredi soir à l’office des cours (où lesdits cours sont imprimés, ndlr), cela fait clairement pencher la balance pour les étudiants qui sont un peu faibles », relève un assistant de la faculté..."

 http://www.todayinliege.be/Les-non-baptises-toujours.html

 

Depuis la parution de cet article, nous savons de source sûre que le professeur incriminé s'est retrouvé face à la justice.

 

 

Exemples de discriminations


 Voici un lien vers une lettre ouverte du recteur de l'ulg dans le cadre du travail de recherche de témoignages sur la discrimination en fac vété effectué par le centre d'égalité des chances en 2010. Grâce à ce texte on peut prendre conscience des différentes discriminations possible en fac vété. Nous n'affirmons pas ici qu'elles  aient toutes été appliquées, mais toutes sont considérées comme discriminatoires. Si vous vous reconnaissez en tant que victimes , vous avez le droit de porter plainte.

 

 En voici un extrait mais je vous conseille d'aller le lire en entier c'est beaucoup plus complet :


"...En lisant cette liste, gardez bien à l'esprit que toute mauvaise expérience vécue par vous ou votre entourage, aussi anodine qu'elle puisse paraître, est d'une importance capitale.


-la discrimination pour les stages et à l'embauche

-la stigmatisation du chronique ou « manchabale » et son enseignement au cours du baptême

-le rejet du chronique, les agressions intra/extra facultaires

-le rappel à l'ordre et la sanction des étudiants baptisés qui côtoient les chroniques

-l'implication et le parti pris de membres des corps enseignant et administratif, ainsi que de praticiens

-le boycott de toute association estudiantine comprenant des non-baptisés (CLV et club VSF)

-le monopole cureghémois de la représentation étudiante

-la sélection des « meilleurs gardiens du folklore » et leur placement à la tête de la SGEMV et de son comité de baptême ..."

 

http://fr.scribd.com/doc/39765116/Lettre-ouverte-Discrimination-bapteme-Cureghem

 

 

La cafétéria, un lieu où la discrimination est journalière.

 

Alors que cet endroit devrait être un lieu de détente et de rencontre c'est devenu un lieu de stigmatisation des non-baptisés. Les meilleures place y sont "réservées" non officiellement aux baptisés qui s’autorisent à en chasser les non-baptisés rendant ainsi l'accès aux fours à micro-ondes difficile voir impossible aux autres. Ces derniers seront accueilli dans cet espace par des moqueries, quolibets et harcèlements qui vont du désagréable à l’insupportable.

 

Beaucoup d'étudiant finissent par ne plus y mettre les pieds. L'université a construit cette salle pour tous les étudiants. En ne réagissant pas , elle donne l'impression de cautionner ce système, non ?

 

Notons que ces comportements discriminatoires peuvent se répéter partout dans la fac: aux amphis , dans les couloirs, à l'extérieur ...

 

 

Incontournable "Office des cours" ?

 

L'office des cours est un service organisé par la SGEMV (les baptisés). Outre la vente de petit matériel (vanté moins cher mais ce n'est pas le cas... ) pour les cours et les TP, il avait le monopole de la distribution de syllabus qu'on ne pouvait pas se procurer autrement. 

 

Mécanisme dangereux  :

Il fallait passer par eux,

ce qui leur donnait un certain pouvoir,

ils en abusaient. (Surtout, ici, contre les non-baptisés qui devaient subir moqueries, quolibets et harcèlements  afin d’obtenir ces cours.)

 

Les professeurs qui cautionnaient ce système, en n'éditant pas leurs cours par un autre circuit,  en étaient-ils conscients ?  

 

Les problèmes de discriminations entre baptisés et non baptisés et le baptême qui a mal tourné en 2013 ont contribué à la création d'un autre circuit de distribution, plus équitable proposé par l'ULG.

 

 

Charte de non discrimination : Elle existe depuis 2010 !!!

 

http://www.rtc.be/reportages/culture/1457382-ulg-le-recteur-decrete-un-moratoire-sur-les-baptemes

 

Reportage où on apprend l’existence d’une charte de non discrimination en faculté vétérinaire qui a été signée avec le comité de baptême déjà en 2010! Celle-ci a été spécifiquement crée par le recteur suite à la très grande quantité de plaintes concernant ce problème. Comme dans toute charte, celui qui l'outrepasse encoure des sanctions.

 

 

Faites-vous respecter, n’hésitez pas à porter plainte !

 

Lien vers la charte:

  http://www.fmv.ulg.ac.be/upload/docs/application/pdf/2011-09/charte_principes_de_non-discrimination_sanspeinesdef_discrimination.pdf

 

Service écoute et médiation ULG : Nicole TATON - Tél. 04 366 58 43 - courriel : Nicole.Taton@ulg.ac.be

 

 

La discrimination et le harcèlement.

 

Dans le domaine social, la discrimination est la distinction, l'isolement, la ségrégation de personnes ou d'un groupe de personnes. Elle consiste à restreindre les droits de certains en leur appliquant un traitement spécifique défavorable.(Voir exemples dans "Infos abus")

La discrimination est interdite par la loi et punissable. Discriminer quelqu'un revient à lui porter préjudice. Un juge peut condamner une personne discriminante à indemniser la victime pour les dommages causés. 

Il est question de discrimination directe quand vous êtes traité, en fonction d'un critère protégé, de manière moins favorable qu’une autre personne dans une situation comparable, sans que cela ne se justifie. (Complément d'infos à la page "Attention dangers")

 

 Le harcèlement est un enchaînement d'agissements hostiles dont la répétition affaiblit psychologiquement la personne qui en est la victime.Le harcèlement scolaire ou intimidation est caractérisé par l'usage répété de violences physiques, mais aussi de moqueries et autres humiliations.

 

 

Descriptions de "harcèlement" Code pénal (art 442 bis)

"Quiconque aura harcelé une personne alors qu'il savait ou aurait dû savoir qu'il affecterait gravement par ce comportement la tranquillité de la personne visée"

 

loi sur le bien-être (art.32 ter) 

"Plusieurs conduites abusives similaires ou différentes, externes ou internes à l'entreprise ou l'institution, qui se produisent pendant un certain temps, qui ont pour objet ou pour effet de porter atteinte à la personnalité, la dignité ou l'intégrité physique ou psychique d'un travailleur ou d'une autre personne à laquelle le présent chapitre est d'application, lors de l'exécution de son travail, de mettre en péril son emploi ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant et qui se manifestent notamment par des paroles, des intimidations, des actes, des gestes ou des écrits unilatéraux"

 

Charge de la preuve

Lorsqu’une personne soumet à une juridiction des faits susceptibles d’indiquer l’existence de violence ou de harcèlement moral/sexuel, la charge de la preuve incombe au défendeur. Il lui appartient alors de démontrer le contraire. Il est prétendu coupable et doit apporter les preuves de son innocence à l'inverse de ce qui se passe d'habitude. Ceci vaut autant pour la discrimination que pour le harcèlement.

 

La discrimination est interdite par la loi et punissable.

 

Discriminer quelqu'un revient à lui porter préjudice. Un juge peut condamner une personne discriminante à indemniser la victime pour les dommages causés.

 

Il est question de discrimination directe quand vous êtes traité, en fonction d'un critère protégé, de manière moins favorable qu’une autre personne dans une situation comparable, sans que cela ne se justifie.

 

Le harcèlement discriminatoire est un comportement indésirable qui a pour but d'atteindre quelqu'un dans sa dignité ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant. La loi anti-discrimination interdit le harcèlement discriminatoire.

 

Actuellement , le baptême est en perte de vitesse des moyens plus adaptés pour s'intégrer sont en place ; en effet, la plupart des étudiants se retrouvent sur les réseaux sociaux. N'hésitez plus, passez à quelque chose de plus sympa  !!!

Nous contacter : 

Stopabusbapteme@gmail.com

Site sur le baptême en général:

www.baptemeetudiantrireou.sitew.be

 

L'équipe du site remercie tout particulièrement les différents témoins qui nous ont aidés. C'est grâce à eux que cette démarche à été possible. Merci pour leur confiance.


Pour la suite, afin de  donner à notre action des fondements solides aux yeux de tous, nous avons besoin de témoignages signés... ... ...  Nous savons que si vous vous faites connaitre, vous serez harcelés donc nous cherchons des personnes qui accepteraient de témoigner publiquement sans craintes. Si vous avez été victime et que vous ne faites plus partie du circuit , votre témoignage nous intéresse.


Vous comprendrez que notre anonymat est la garantie nécessaire à nos témoins.Nous devons rester dans l'ombre !

 

Sauf pour les témoignages publics pour les quels nous promettons l'anonymat, nous comprenons , tout naturellement , que vous nous écriviez sous une fausse identité.